logo

Réalisons votre projet
Une communication à votre image
Ménestrel Productions raconte l’histoire de votre société, vous accompagne pour promouvoir votre produit, couvrir votre événement, réaliser votre film d’entreprise à votre image, en s’adaptant à votre authenticité et particularité…
Restons en contact
Mai 26 2020

Le petit lexique de la vidéo

Le monde de la vidéo et de l’audiovisuel, comme tout autre métier, possède son propre lexique, ses métiers, ses expressions, etc. Nous vous listons (non exhaustivement) une partie de ce vocabulaire et leur définition afin d’y voir plus clair, et de comprendre ce qui est dit lors de vos tournages !

Préparation de la vidéo

Scénario : premier document qui permet d’appréhender l’ensemble du film. C’est la succession des actions, dialogues et situations qui forme le déroulé du film. Cette succession est séparée en séquences d’une unité de temps, de lieu et d’action.

Découpage technique : produit par le réalisateur aidé de son chef opérateur c’est un document servant à décrire au reste de l’équipe la mise en image et en son du film. C’est le “cahier des charge” détaillé du tournage.

Storyboard : accompagnant le découpage technique. Le storyboard permet de mieux communiquer sur les attentes du découpage technique dans un format ressemblant à une BD.

Plan au sol : accompagnant le découpage technique il s’agit qu’une vue du dessus  de chaque scène permet de mieux préciser la disposition du plateau de tournage.

Dépouillement : document produit par l’assistant réalisateur, permettant de visualiser les besoins de chaque poste par séquence : costumes, accessoires, jour/nuit, nombre de comédiens, figuration, intention d’image, difficulté et temps des scènes, etc…

Plan de travail : document produit par l’assistant réalisateur afin de structurer un planning de tournage en fonction des différentes contraintes d’acteurs et de lieux. Le tournage ne se fera pas certainement dans l’ordre du scénario.

Feuille de service : “feuille de mission” de la journée de tournage. Elle résume le plan de travail de la journée et les temps d’arrivée, le temps de repas de chacun, l’organisation et les différents besoins.

Casting : sélection des acteurs et des figurants pour le film, après en avoir audité plusieurs.

Repérage : recherche des lieux de tournage et visite sur place pour confirmer les choix.

Répétition : permet de faire jouer les comédiens ensemble et au réalisateur de donner ses intentions de jeu. Cela fait économiser beaucoup de temps et d’argent le jour de tournage.

Les Métiers de l'Audiovisuel

La mise en scène

Réalisateur : à la tête d’une production vidéo (film, émission télé, clip, etc), il dirige la direction artistique du film en créant la mise en scène, le découpage technique, dirigeant les acteurs, etc…

1er Assistant Réalisateur : c’est le maître du temps sur le plateau de tournage et le bras droit du réalisateur, il veille au bon déroulement du tournage. C’est aussi l’un des rôles les plus importants en préparation du film. En appui du scénario, il crée le dépouillement, le plan de travail, feuille de service.

Scripte : bras gauche du réalisateur, le scripte veille à la continuité du film et aux raccord.

Scénariste : auteur du scénario.

Costumier : gère toute la partie costume, et création si besoin.

Maquilleur : maquille les comédiens, et peut rajouter des effets spéciaux (comme des blessures en latex).

L’image

Chef Opérateur : Technicien responsable de l’équipe image (caméra et lumière) sur un plateau de tournage. Il transforme les instructions du réalisateur en lumière et paramétrage caméra (choix objectif, mise au point, etc).

Cadreur : responsable du cadre sur un tournage ; c’est elle qui opère la caméra.

Électricien : responsable de l’installation des projecteurs sur un plateau de tournage.

Machiniste : responsable de tous les supports de caméra (grues, travellings, etc) et de la sécurité sur un plateau de tournage.

Steadycamer : Cadreur muni d’un stabilisateur mécanique et permettant d’effectuer des mouvement de caméra complexes comme des travellings.

Le son

Ingénieur du son : responsable de la prise de son sur un plateau, c’est la personne qui s’occupe de choisir les micros et leur utilisation (caché, perché, posé, etc).

Perchman : assistant de l’ingénieur du son, tenant la perche, afin de rapprocher le plus possible le micro du comédien.

Le montage

Monteur : chargé de la dernière version du film, il met bout à bout les vidéos tournées (rushes), sélectionne les meilleures prises afin de donner le rendu final du film.

Étalonneur : il s’occupe d’harmoniser les couleurs du film et de donner un look personnalisé à la vidéo.

Monteur et mixeur son : gère la post-production sonore du film en mélangeant les prises de sons directes (voix et bruitages), à des sons seuls, ambiances, musiques, effets sonores.

Motion Designer : crée des œuvres animées, aussi appelé animation graphique, en utilisation diverses techniques artistiques.

Autres

Producteur : participe à l’organisation du film tant à la préparation, tournage et montage en coordonnant les équipes. Il est le garant juridique et social du projet.

Réalisateur making-of : chargé de filmer l’envers du décor, son film peut avoir plusieurs formats (reportage, ambiance, humoristique, interview, etc).

Photographe de plateau : prend les photos du tournage afin de garder un souvenir de qualité.

Le vocabulaire et les expressions

“Silence, moteur… Ça tourne… Action” : le formalisme des plateaux de tournages indispensable à la coordination de l’équipe. Silence pour qu’on entende que ce que veut l’ingénieur du son. Moteur pour demander à l’équipe de lancer l’enregistrement. Ça tourne pour confirmer à l’équipe ça enregistre. Action pour dire aux acteurs qu’il peuvent commencer leur scène.

Rushes : il s’agit des vidéos et sons bruts produits par la caméra qui seront mis à disposition du monteur pour en faire votre film.

Tilt : rotation de la caméra de haut en bas ou de bas en haut.

Pan : rotation de la caméra de droite à gauche ou de gauche à droite.

Travelling : déplacement de la caméra pour effectuer un mouvement artistique.

Valeurs de plan : vocabulaire employé pour différencier l’importance donnée au sujet filmé dans l’image.

Balances des blancs : réglage de la bonne restitution des couleurs au tournage.

Iso et Gain : méthodes de réglage de la sensibilité de la caméra ; Augmenter la sensibilité peut être utile dans des conditions de basse lumière.

Shutter Speed : durée pendant laquelle le capteur sera exposé pour prendre de la lumière et produire chacune des 25 images par seconde seconde,dans un film à 25 images par seconde  avec un shutter de 1/50s, on va donc exposer 25 fois par seconde le capteur pendant 1/50 s.

Capteur : il s’agit d’une matrice de cellule transformant la lumière en courant électrique, ce qui produit un signal pouvant être numérisé dans la caméra chaque cellule est alors un pixel de l’image l’ensemble permet une fois décodé sur l’ordinateur de faire l’image.

Slowmotion : ralenti fait dans la caméra. par exemple pour ralentir un film à 25 image par seconde d’un facteur 4 on devra filmer 100 images par secondes, qui seront alors lu à 25 image par seconde. un seconde d’origine sera lue en 4 secondes.

HMC : acronyme référant à l’équipe responsable des “Habillages, Maquillages, et Costumes” des acteurs et actrices sur un tournage.

Mise en scène : coordination des interactions des acteurs entre eux avec la scène, avec les accessoires, avec la caméra.

Le matériel de tournage

Caméra : appareil électronique permettant la prise de vues.

Objectif : ensemble de lentilles permettant la prise de vues, qui se caractérisent par l’ouverture, distance focale et format.

Trépied : outil permettant de supporter la caméra et de la stabiliser.

Micro HF : micro équipé d’un dispositif de transmission pour l’enregistrement audio sans fil. comme leur usage le plus courant correspond au micro cravatte on parle souvent de micro HF en pensant aux micro cravate équipé de dispositifs HF.

Micro Cravatte : micro petit et discret destiné à s’accrocher à votre cravate en étant le moins visible possible…

Câble XLR : câble généralement utilisé pour la sonorisation, et permettant de transmettre le signal.

Perche et bonnette : la perche permet d’approcher le micro le plus proche possible de la source sonore pour avoir un son parfait et respectueux du timbre de voix de l’acteur  et l’isoler le plus possible des bruit ambiant, le tout en restant invisible. la suspension permet de protéger le micro des bruits de vibration du perchman, et la bonnette permet d’éviter les bruit de vent direct sur le micro.

Mandarine : projecteur à incandescence peint en orange iconique de tous les plateaux de tournage, la mandarine est un projecteur traditionnel moyennement puissant.

LED : technologie d’éclairage plus onéreuse mais beaucoup moins énergivore que les lampes traditionnelles. Choisir un éclairage LED permet de simplifier grandement les installations et de gagner beaucoup de temps sur un tournage.

Blonde : projecteur à incandescence souvent peint en jaune, c’est un projecteur traditionnel assez puissant, plus puissant que la mandarine.

Réflecteur : grande surface permettant de réfléchir et diffuser la lumière, ils permettent de faire différents effets de texture ou de couleur par la simple réflexion de la lumière vers le sujet.

Gaffer : Ruban adhésif  d’électricien large et tissé très solide facile à mettre et à enlever. Il permet notamment de sécuriser l’installation du plateau.

Slider : système facilement transportable permettant d’effectuer de petits travellings.

Stabilisateur : Système gyrostabilisé permettant de stabiliser la caméra lors d’un mouvement ou d’une prise de vue en caméra à l’épaule ou au poing.

Drône : Appareil volant téléguidé muni d’une caméra miniature permettant notamment de faire des prises de vue aériennes.

Grue : système de déportation de la caméra permettant de filmer en hauteur.

Prompteur : appareil permettant de faire défiler le texte de la personne filmée devant la caméra.

Ces mots sont très régulièrement utilisés sur les tournages par les équipes techniques, et peut parfois vous mettre en déroute. Alors n’hésitez pas à leur demander d’expliquer le jargon ! Retrouvez d’autres articles pour comprendre davantage certains mots.

 

Cet article a été écrit avec la participation de Guillaume Le Guen et Jonathan Bondu.

0 commentaires
Partager cet article
Aucun commentaire

Écrire un message